Accueil > Balades > autour de St-André de Valborgne

Balades, randonnées autour de Saint-André de Valborgne


sentier des Moines
sentier de l'Escale
sentier du Col Salidès
sentier du Laquet
sentier du Lique ser
sentier du Pont Marès

Ce sont des circuits en boucle.
Il est conseillé de se procurer le
catalogue des sentiers balisés
ou les cartes IGN TOP 25
Chemin faisant, vous serez séduits par la haute Vallée Borgne,
sa parure de châtaigniers centenaires, son habitat dispersé,
accroché à mi-pente, et vous admirerez, du haut des crêtes,
le chevauchement des serres schisteuses et bleutées.
 
Pour une connaissance plus approfondie, cliquez sur les mots soulignés
Sentier des Moines

PROVISOIREMENT FERMÉ
suite aux récentes inondations

Durée : 2h45 - 6,4 km
Dénivelé : 416 m à 832 m

Départ : Au bord de la D 907, à 3 km avant St-André de Valborgne en arrivant par Saumane

Intérêt : habitat cévenol, col de Tinquos, église romane rénovée

Description : Ce sentier offre au randonneur plusieurs points d’intérêt : passage de la vallée du Gardon à celle de la Borgne (des Plantiers), exemples d’habitats en schiste, châtaigniers, col de Tinquos et église de St Marcel de Fontfouillouse. Certaines portions de ce chemin sont les témoins d’une ancienne voie de communication fréquentée entre autres par les moines, et reliant Valleraugue et l’Aigoual à Gabriac (Lozère)


Sentier de l'Escale

Durée : 3h - 8,5 km
Dénivelé : 450 m à 800 m

Départ : Vieux pont de St-André

Intérêt : château de Nogaret, maison forestière de Rougeiresque, sentier caladé, magnanerie

Description : Ce sentier offre une approche aisée de plusieurs caractéristiques du paysage cévenol. En effet, il conduit entre autres, et sans la moindre difficulté particulière, à un château médiéval, une cascade de 15 m de haut, une ancienne maison forestière, un chemin "caladé" et une magnanerie en ruines.

En Occitan, escale signifie forte montée. Si les trois premiers kilomètres donnent raison à cette définition, il serait dommage de reculer car une fois atteint le Château de Nogaret, la côte est douce voire imperceptible, et vient alors le bonheur de goûter aux joies d’une véritable escale, reposante et, apaisante.

Sentier du Col Salidès

Durée : 6h30 - 18,5 km
Dénivelé : 440 m à 1 065 m

Départ : Église de St-André de Valborgne

Intérêt : transhumance, reboisement, étagement de la flore, ligne de partage des eaux

Description : La balade du col Salidès chemine à la frontière du Gard et de la Lozère. Elle permet de contempler de vastes panoramas et de pénétrer, sur le parcours de la célèbre draille de Margeride, une jeune forêt complantée d’espèces très diverses.

Sentier du Laquet

Durée : 3h - 7,9 km
Dénivelé : 440 m à 704 m

Départ : Village de St-André de Valborgne

Intérêt : rocher du Salt, château du Follaquier, château de la Fare, fontaine

Description : Ce sentier facile invite à la rêverie, à la détente et à un retour sur l’histoire. Il offre la découverte d’un lieu de baignade idéal et de son légendaire rocher, puis l’accès à un château médiéval en partie rénové, et enfin une balade rafraîchissante dans les sous-bois à proximité d’un ruisseau.

Sentier du Lique ser

Durée : 5h - 11,7 km
Dénivelé : 440 m à 876 m

Départ : Village de St-André de
Valborgne

Intérêt : Les paysages façonnés par le schiste, la Corniche des Cévennes, les cultures en terrasses, la gestion de l’eau, château de Nogaret, maison forestière de Rougeiresque

Description : Le sentier du Lique Ser s’élève de St-André de Valborgne vers la Corniche des Cévennes, la ligne de crête qui sépare le Gard de la Lozère, la vallée Borgne de la vallée Française. Aigoual d’un côté, mont Lozère de l’autre, la balade passe aussi sous une forêt dense et variée.

Sentier du Pont Marès

Durée : 3,5h - 7,9 km
Dénivelé : 445 m à 1 003 m

Départ : Le pont Marès

Intérêt : baignade, château de l'Hom

Description : Ce sentier offre une promenade aux attraits variés : proximité du Gardon avec de multiples piscines naturelles, balade dans les sous-bois, passage à proximité d’un château médiéval, puis accès au Col Salidès, terre de transhumance, avant de redescendre au Pont Marès. Certaines portions présentent un fort dénivelé et doivent être évitées en cas de pluie.

cartes IGN TOP 25 :
2740 ET Corniche des Cévennes
2741 ET St-Hippolyte du Fort /
Anduze / St- Jean du Gard
2641 ET Mont Aigoual / le Vigan

Une vallée aux fortes pentes
dominée par le schiste

La Vallée Borgne est encadrée au levant par la Corniche des Cévennes, ancienne "route des Gabales", et au couchant, par la très ancienne draille d'Aire de Côte, chemin des moutons et des hommes.

Comme toutes les vallées cévenoles dominées par le schiste, les fonds de vallée sont étroits, entrecoupés de gorges, les pentes fortes, les valats déchiquetés.

Les bouleversements géologiques furent importants et le schiste s'accompagne d'inclusions de gneiss, de grès, de fraidonite. Il entre en contact avec le granite à l'approche du mont Liron, des contreforts de l'Aigoual.
vallée vue du col Salidès
haute vallée vue du col Salidès

schiste
schiste

toit en lauze

L'habitat de la vallée Borgne est construit avec les roches du pays et les maisons cévenoles traditionnelles se fondent dans le paysage.

Souvent étroites et hautes, bâties en schiste dans le sens de la pente, elles se construisaient à même le rocher pour réserver les terrains plats aux cultures.
Située près des maisons ou en pleine châtaigneraie,
la clède permettait le séchage des châtaignes fraîches.

L'habitat cévenol


maison cévenole


De l'époque médiévale au XVe siècle

Terre de refuge, d'élevage
et de polyculture, isolée et d'accès difficile, la Vallée Borgne fut truffée de forteresses médiévales, souvent d'emprise limitée, auxquelles succédèrent de grosses bâtisses appelées châteaux, maisons fortes,
qui évoluèrent souvent sur
le même site.
château médiéval de la Fare De l'antique château de La Fare (sentier du Col Salidès), à 1 km en amont du bourg, il ne subsiste qu'un pan de mur dressé sur une énorme roche.

Aucun des châteaux cités ci-dessous ne se visite, mais vous pouvez les apercevoir au cours de vos randonnées.

Le Follaquier En face des vestiges de la Fare, sur une motte d'assise voisine, s'élève une des tours du château du Follaquier transformée en pigeonnier. 


château de Nogaret Situé sur l'ancien chemin qui reliait St-André au Pompidou, sur le flanc de la dépression formée par le ruisseau, se trouve le château de Nogaret (sentiers de l'Escale, de Lique-Ser, d'Auzillargues).

Dominant le pont de l'Elze d'une centaine de mètres, par un sentier du même nom, vous apercevrez le château des Barbuts, bâtisse plusieurs fois centenaire.

château des Barbuts

  En venant à
St-André de Valborgne par la route, à 3 km de Saumane, se trouve le Mas Voyer, grande maison de maître dont le gros de la construction date de 1680.

Mas Voyer
Chaque hameau a une histoire
 
Prolongeant votre route, sur votre droite, vous apercevrez le Pont du Mas Auric, aqueduc pour l'irrigation moins ancien qu'il n'y paraît, et derrière lui, le hameau du même nom.
Mazauric
 hameau du Mas Auric                 
hameau d'Auzillargues
                hameau d'Auzillargues
Plus loin, c'est le hameau de Pomaret avec ses grandes magnaneries, parallèles aux courbes de niveau, ses treilles et ses mûriers.

Un vieux sentier caladé vous conduira au hameau d'Auzillargues, haut perché à 600 m d'altitude sur la rive gauche du Gardon. Le hameau, orienté au levant, occupe des pentes aménagées où paissent des brebis.


Châtaigneraie et autres essences

chaton de châtaignier en fleur
   chaton de châtaignier
La châtaigneraie est présente sur tous les versants de la vallée et plus particulièrement au-dessous de 800 m d'altitude, sur les sols acides, relativement pauvres, mais frais et bien drainés.   Le châtaignier ou "arbre à pain" longtemps omniprésent dans la vie quotidienne des Cévenols était conduit en verger, greffé et taillé. A la suite de l'exode rural et des maladies, il est aujourd'hui à l'abandon, souvent remplacé par des résineux.

Sur le sentier du Col Salidès, au-delà de 800 m,
vous traverserez les reboisements de la forêt domaniale d'Aire de côte, bien diversifiée : pins à crochets, sapins épicéas, mélèzes, feuillus : hêtres et bouleaux.
Le milieu est favorable à la présence d'animaux : sangliers, chevreuils ou cerfs.
Les résineux sont en voie de coloniser la lande à genêts et à bruyère présente sur les crêtes.
sous-bois


mûriers en Cévennes
L'âge d'or des filatures de soie

A l'antique et multiséculaire Cévennes du chanvre et du peigneur de laine, va succcéder l'âge d'or du ver à soie, apportant richesse et expansion à la vallée, période qui fut cependant de courte durée dans la longue histoire de ce pays.

< mûriers ou "arbre d'or"

Le travail de la soie est attesté depuis longtemps dans notre région. Le mûrier est arrivé au moins au XIIIe siècle, et a permis d'alimenter les ateliers avec des cocons cévenols.
Mais tout ceci, pendant longtemps, n'a constitué qu'une activité bien limitée. Le démarrage des grandes plantations de mûriers commence dans les décennies suivant le grand gel de 1709.

Autour de 1820, les filatures remplacèrent le petit artisanat familial. Dans la Vallée Borgne, en 1841, on en comptait 5 à St-André de Valborgne, 2 à Saumane, 2 à L'Estréchure et 1 aux Plantiers (23 à St-Jean du Gard).

Mais à partir de 1853, une maladie, la pébrine, décimera la majorité des élevages et entamera une longue période de déclin.

Les mas cévenols rehaussés de "magnaneries" destinées à l'élevage du ver à soie révèle encore l'importance passée de la sériciculture.
bombyx
    bombyx ou ver à soie



De retour de vos balades, vous pourrez vous attarder dans le village de St-André de Valborgne qui mérite une visite.
Il est bon de savoir...
 Pour préserver la nature
 Conseils pratiques




Accueil  |  Balades  |  Villages  |  Vivre au pays  |  Hébergement / restauration  |  Cartes, accès  |  Haut de page

Balades : St-André de Valborgne  |  Les Plantiers  |  Saumane, L'Estréchure, Peyrolles  |  Maison de l'eau  |  Eglises romanes  |  Les environs

Site officiel de la Vallée Borgne - Tous droits de reproduction réservés © Armoise -  Informations légales