Église de l'Assomption de Notre-Dame
Barre des Cévennes

imprimer

retour

Église de Barre des Cévennes


église romane de Barre des Cévennes Classée monument historique en 1931.

Située en surplomb du village, adossée aux falaises d'un petit plateau appelé Castellas où s'élevait autrefois le château de Barre.

L'église, en pierres d'appareil calcaires, probablement édifiée au XIIe siècle, était initialement composée d'une nef unique en berceau plein cintre de trois travées et abside précédée d'une travée de choeur. Elle a fait l'objet de nombreuses adjonctions.
Une chapelle latérale nord, voûtée sous croisée d'ogives, ajoutée au XIVe. Puis successivement, aux XVe et XVIe, trois chapelles au sud, l'une voûtée d'arêtes, les deux autres voûtées sur croisée d'ogives, et une travée supplémentaire à l'ouest, formant en partie basse un porche voûté d'arêtes et accueillant en partie haute une tribune elle-même voûtée d'ogives et ouvrant sur la nef par un vaste arc brisé à chapîteaux moulurés ou ornés de torsades. La croisée d'ogives repose sur des colonnettes engagées dans les angles.
Ces adjonctions sont éclairées de vastes fenêtres gothiques à meneaux et remplages. La seule baie romane se trouve dans l'axe de l'abside semi-circulaire, voûtée en cul-de-four. A l'extérieur, cette abside est ornée d'une corniche soutenue par des modillons sans décoration. Le clocher actuel date de 1808.
La chapelle nord s'ouvre sur un arc brisé reposant sur des culots formés de colonnettes à chapîteaux sculptés de bêtes martelées et de palmettes nervurées. La voûte d'ogives repose sur les mêmes colonnettes et deux culots ornés de palmettes. Une baie à remplages (trilobée) éclaire la chapelle, une niche rectangulaire et à fond plat est elle aussi surmontée d'un arc trilobé. Le mur oriental était percé d'une fenêtre bouchée (au moment de la construction d'une sacristie contre la travée de choeur) avec des moellons ornés du blason des barons de Barre.
La chapelle construite contre la dernière travée sud forme avec la chapelle nord un transept modifiant le plan simple initial en plan à croix latine. Cette chapelle sud ouvre sur un arc brisé reposant sur des culots moulurés.
La chapelle de la deuxième travée sud postérieure à la précédente ouvre par un arc brisé reposant sur des chapitaux ornés de torsades. La voûte d'ogive repose sur des culots sculptés de têtes dont deux ont été martelés.
A l'extérieur, cette chapelle est ornée de deux arcs décoratifs sous la fenêtre à remplages.
La troisième chapelle, la plus récente, appartient au gothique flamboyant. L'arc brisé d'entrée repose sur des châpiteaux ornés de rosaces et de soleils-tournants. La croisée d'ogives repose sur des culots sculptés de têtes dont deux sont arrachées. La fenêtre entourée d'un ruban torsadé présente un motif de triscèle au remplage, ce qui la date de la fin du XVe, début XVIe. D'ailleurs en 1508, trois des quatre chapelles sont mentionnées.
Tous droits de reproduction réservés © Armoise


une vallée pour les vacances en Cévennes une vallée cévenole dans le Gard
tourisme vert et vacances en Cévennes